Fan des vibros rechargeables…

Par Nathalie

on recharge nos gsms, nos portables mais aussi nos vibros…

J’en reviens pas qu’ ils aient inventé les vibromasseurs rechargeables. On le dépose sur sa table de nuit, et dès qu’on a envie, il est prèt! Le début des vibros écologiques..lol…

Un vibromasseur provoque une alerte à la bombe

Un vibromasseur provoque une alerte à la bombe

En examinant un colis aux rayons X, des employés des postes néo-zélandais n’avaient pu voir que des fils électriques suspects.

Résultat : un centre postal évacué, et les services de déminage mobilisés… avant la découverte du motif réel de l’alerte.
L’alerte avait été déclenchée lors du passage aux rayons X dans un centre de tri postal proche de l’aéroport d’Auckland. Sur l’écran de contrôle étaient apparus des fils électriques suspects… Le colis avait alors été placé dans un coffre anti-explosifs.

Le lendemain, prévenus, les services de sécurité faisaient évacuer les locaux pour extraire le colis suspect de son coffre et en examiner le contenu. Ils découvraient alors que l’élément qui avaient suscité l’inquiétude du personnel du centre, déclenchant l’alerte et l’évacuation, n’était autre… qu’un vibromasseur.

Une enquête des douanes est cependant en cours pour déterminer pourquoi les services d’urgence n’ont pas été immédiatement alertés et comment une hypothétique bombe a pu rester plus de 24 heures dans un coffre.

D’après agence

Ballack et Kahn gagnent la bataille du vibromasseur

Par Esteban

Ballack et Kahn gagnent la bataille du vibromasseur

Le milieu offensif de Chelsea Michael Ballack. La chaîne de sex-shops allemande Beate Uhse devra rétribuer au joueur de football Oliver Kahn la somme de 50.000 euros pour avoir utilisé son nom à des fins commerciales.

Cette même chaîne de sex-shops devra également rétribuer à Michael Ballack, un joueur de football également 50.000 euros.

Quelque temps avant le coup d’envoi de la Coupe du monde de football 2006, la chaîne de sex-shops avait mis en vente des vibromasseurs estampillés “Michael B.” et “Oliver K.”.

Même si les patronymes des joueurs n’ont pas été utilisés, la référence aux deux vedettes du football allemand était évidente. Tous les produits incriminés ont été retirés de la circulation